J’ai testé Type App pour iOS, Android et Mac

Selon l’appareil, j’utilise trois logiciels de messagerie différents : Airmail sur Mac (application payante 10,99 € pour Mac, 5,49 € pour iOS), Spark sous iOS, Bluemail devenue TypeApp sous Android, ces deux dernières étant gratuites.

J’aurais souhaité dégotter une application open source qui ne stockent pas mes données ni sur les serveurs de Google, ni sur ceux d’Amazon et consorts… En effet, tous les services offerts par les clients mail, tels les échanges entre les équipes, le report d’envoi des messages… stockent des données sur des serveurs tiers. A part Thunderbird ou Seamonkey pour Mac, je n’ai trouvé aucun logiciel libre pour les plateformes mobiles.

J’ai voulu tester Type App, une application multiplateforme pour Android, iOS, macOS et Windows. Elle succède à BlueMail et reprend la même ergonomie, et malheureusement les mêmes défauts ! Du coup, cet article est plutôt une comparaison rapide de Type App avec les deux autres clients mail 😉

Configuration initiale

Après avoir installé Type App d’abord sur une plate forme, et n’ayant pas activé la synchronisation, j’ai configuré mes comptes sur chaque appareil. On peut effectivement utiliser Type App, comme Airmail, sans devoir s’inscrire sur le site de l’application ; ce qui n’est pas le cas de Spark, qui utilise une de nos adresses mail comme nom d’utilisateur. En revanche, on peut facilement supprimer ses données des serveurs depuis les préférences de Spark aussi bien sur l’iPhone que sur le Mac.

Avec TypeApp, comme avec les autres applications, la configuration des comptes mail est automatique, mais il est nécessaire de la vérifier car le protocole SSL/TLS n’est pas automatiquement pris en compte.

L’utilisation de l’app

Type App permet de définir les gestes latéraux sous iOS et Android, mais la configuration est inversée sur les deux systèmes, les choix des menus glissants à gauche pour l’un étant ceux des menus glissants à droite sur l’autre !

On ne peut configurer qu’une seule signature par compte, contrairement à Spark qui permet de définir la signature par défaut d’un compte mais de l’utiliser avec chaque compte. Avec Airmail, un compte peut fonctionner avec plusieurs signature, mais il faut les recréer pour chacun d’entre eux.

Sous iOS, un copier coller d’une signature existante prend en compte les images et les liens. Sous Android, il faut refaire les liens html et choisir une image pour chacune. Quant à la version macOS, il s’agit d’une bêta, les liens dans les signatures ne sont pas pris en compte !

Accès protégé

L’accès à Type App, comme à Spark, peut être protégé par code pin ou empreinte digitale sur les deux plateformes mobiles.

Il est possible de protéger certaines apps sous Android depuis les paramètres généraux, et d’y accéder avec son schéma. Mais le bug que j’avais signalé à BlueMail depuis fort longtemps et qui permet d’accéder aux messages depuis le widget sous Android, sans mot de passe, existe également avec Type App ! Heureusement, le paramétrage avec le mot de passe ou l’empreinte digitale depuis TypeApp bloquent l’accès.

Un point positif pour Type App, la sélection multiple de mails sous iOS et Android, qui n’existe pas sous Spark.

Type App est développée pour Android depuis bien plus longtemps que pour iOS, et ça se voit : les options sont bien plus nombreuses sous Android, on peut par exemple modifier la taille des polices sous Android mais pas sous iOS. Mais en revanche, je trouve la version iOS plus fluide.

Le mode sombre

Le mode sombre sous iOS est bien plus confortable que sous Android : sur cet OS, on voit mal la couleur des petits cercles représentant les comptes (image 2). Sous macOS, celui de TypeApp mérite d’être affiné (voir image 5 où les couleurs originales du mail sont complètement déformées) !

Seul Airmail sous macOS, lorsque le mode sombre est activé, permet de configurer la fenêtre d’envoi d’un message avec un fond blanc, ce qui est appréciable pour disposer du rendu de l’affichage sur l’ordinateur des destinataires, qui pour la plupart ne disposent pas d’un mode sombre.

Et pour le “fun” Airmail et Type App affichent les avatars (ou photos pour Airmail) des correspondants, ce que ne propose pas Spark.

La gestion des groupes et des clusters

Type App offre deux options intéressantes. Tout d’abord la gestion des groupes d’envoi, mais si sous Android, j’ai pu les afficher, je n’ai pas été en mesure d’en créer sous iOS.

Autre option, la gestion des “clusters” qui permet de regrouper les messages par conversations, ce qui raccourcit singulièrement la liste des mails ! Mais elle ne semble pas autant aboutie avec iOS qu’avec Android.

Les notifications

Pour recevoir les notifications de Type App, il faut bien sûr activer les Sync services (image 1). Mais elles me semblent beaucoup moins rapides qu’avec Spark, voire quasiment absentes ! De façon générale, les mails arrivent plus tardivement, voire pas du tout, avec Type App ! C’était aussi le cas avec BlueMail…

On voit sur la 2ème image que les derniers mails relevés à 14h11 sous iOS avec Spark sont bien présents, alors qu’avec Type App (3ème image), les derniers mails affichés relevés à la même heure sont ceux de 12h01 !!!

La gestion des spams

Un des éléments que j’apprécie avec Type App, comme avec BlueMail, c’est la gestion des spams. On peut bloquer un correspondant ou un domaine, et les prochains messages iront directement dans la boîte à spams.

Enfin Type App ne propose pas d’application pour l’Apple Watch contrairement à Spark, même si, quand elles s’affichent, les notifications arrivent aussi sur l’Apple Watch !

En conclusion

Après ces essais, j’ai fini par mettre à jour l’application Spark sur mon Mac, dont je vais tester l’utilisation quotidienne en remplacement d’Airmail 😉

En effet, au final, je trouve beaucoup de points positifs à cette application :

  • outre sa gratuité,
  • Spark est très ergonomique et très fluide,
  • la “Smart Inbox” qui présente les mails non lus en haut et la séparation des courriels individuels des newsletters, sont très pratiques,
  • l’utilisation possible de toutes les signatures quel que soit le compte mail,
  • les notifications “intelligentes” que l’on peut paramétrer soit pour tous les messages, soit seulement pour les personnes de façon à ne pas être alerté à la réception des newsletters.

Pour aller plus loin

  • Voir les articles sur Spark.
  • Voir les articles sur Airmail.
  • Voir les articles sur BlueMail pour Android.

Ecrit par Lise - Site

2 commentaires pour “J’ai testé Type App pour iOS, Android et Mac

  1. Bonjour,
    j’évite d’utiliser ces applications de mail qui ne font que rajouter des serveurs intermédiaires avec en prime un stockage de vos mots de passe.
    À votre première question concernant des applications mobile client mail opensource je ne peux que conseiller les applications K9-mail et FairEmail.
    Bonne continuation,

    • Bonjour,
      Je partage votre avis, mais ces deux clients n’existent que pour Android ! Si vous avez une piste pour l’équivalent pour iOS et macOS, je prends !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laisser ces deux champs tels quels :

Protégé par Invisible Defender. 312 883 spammeurs ont vu s'afficher une page d'erreur 403.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.