La CNIL met en garde les utilisateurs de « smartphones »

Le journal Les Echos relayait hier la mise en garde de la CNIL en direction des utilisateurs des téléphones dit intelligents. La commission informatique et liberté note les risques liés aux technologies mêlant Internet et géolocalisation et « évoque un risque de vol d’informations personnelles ».

L’auteur de l’éditorial du numéro d’aujourd’hui, David Barroux, intitulé La trace numérique, s’inquiète de la relative passivité des internautes face aux dangers liés à l’accumulation des traces et des données que laissent les internautes. Une nouvelle fois est relevé le comportement de sociétés comme Google ou Facebook, qui, à l’insu des internautes, stockent chaque jour des milliards de données, qui croisées avec la localisation géographique, portent atteinte à la vie privée.

Il devient urgent que les internautes soient sensibilisés à ces questions, que la législation et la réglementation en France et en Europe, définissent les mesures appropriées pour les protéger.


Ecrit par Lise - Site

5 commentaires pour “La CNIL met en garde les utilisateurs de « smartphones »

  1. Pour éviter la géolocalisation éteignez complètement votre mobile! Evidemment vous ne recevrez plus d’appels, mais ça vous évitera un accident sur la route (bon point)! De plus votre autonomie sera augmentée, vous éviterez les casse-pieds (que du bonheur!). Il faut aussi bien voir que l’enregistrement des données de mobilité des millions de mobiles coute cher ! Pas de paranoïa les données seront obsolètes voir détruites avant de vous causer du tort. Bien sur que pour les gens qui racontent leur vie privée sur les réseaux sociaux le problème ne se pose pas s’ils sont cohérents!

    • Je ne pense pas être parano, enfin pas tant que ça 😉 une nouvelle fois, j’attire l’attention sur la collecte des données, dont la majeure partie des internautes et utilisateurs de téléphones mobiles est inconsciente ; je considère qu’il y a tromperie, puisqu’au prétexte de gratuité, les Google et autres Facebook collectent des données qu’ils « marchandent » ensuite à l’insu des utilisateurs… Quel bureau de recrutement ne consulte pas, sur ces sites, les profils des candidats à un emploi ?
      Combien de jeunes sont -ils conscients devant ces dangers ?

      C’est pour cette raison que la responsabilité des pouvoirs publics est engagée, les internautes, comme l’ensemble des utilisateurs d’appareils communicants, doivent être au moins sensibilisés, sinon formés.

  2. La géolocalisation est bien dangeureuse avec les applications /sites dans la vague de foursquare qui peut donner l’impression d’être tracer même quand on ne le souhaiterai pas forcément.
    Sinon pour le téléphone intelligent ça me fait penser à l’eyePhone dans les nouveaux épisodes de Futurama. Un jour peut être que le risque sera aussi grand.

  3. J’ai testé la géolocalisation. Ça marche. J’aime bien tout tester.
    Personne n’est obligé d’activer la géolocalisation, et il n’est évidemment pas question de la garder activée en permanence. Je l’active seulement en cas de besoin : déplacement dans un endroit que je ne connais pas, randonnée.
    Je me suis également inscrite sur Facebook et Twitter pour tester. J’y ai mis mon nom seulement ; aucune autre donnée. Mes anciens étudiants m’ont aussitôt bombardée de messages d’amitié. C’est tout, – d’ailleurs bien sympathique.
    De toute façon, il serait absurde de ma part de prétendre à l’incognito sur le Net, puisque je publie des articles depuis dix ans !

Les commentaires sont clos.