Le long de la Marne et de la Seine, en direction de Paris

Après avoir longé la Marne hier jusqu’à l’île de Charentonneau (1), je suis allée aujourd’hui en direction de Paris, jusqu’au boulevard périphérique.

Je suis toujours effarée lorsque je suis dans ce secteur, que ce soit à pieds, en vélo (rarement !) ou en voiture (!) qu’on ait pu construire une autoroute aussi proche des habitations. De surcroît, cette autoroute A4 rejoint le périphérique aux portes de Paris en plein milieu des immeubles. Je ne me rappelle pas que cette autoroute, construite dans les années 1970, ait suscité beaucoup de réactions.

D’autant que non seulement elle traverse de nombreuses agglomérations, dans le Val-de-Marne et au-delà, mais on a déplacé un des bras de la Marne, remis en cause un espace où Parisiens et banlieusards pouvaient se promener. Et cela ne semble choquer personne !

Au moment même où l’on entend parler de moyens de transports propres (si tant est que les batteries électriques le soient !), il est étonnant qu’on ne demande pas, pour le moins, la couverture de cette autoroute et de ces échangeurs, couverture sur lesquelles on pourrait aménager des espaces verts par exemple !


Ecrit par Lise - Site

  1. Voir l’article Au bord de la Marne, jusqu’à l’île de Charentonneau []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laisser ces deux champs tels quels :

Protégé par Invisible Defender. 311 507 spammeurs ont vu s'afficher une page d'erreur 403.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.