Le musée d’Orsay et son application pour iPhone

Je me suis abonnée cette année au musée du quai Branly et au musée d’Orsay. J’ai commencé mon après-midi au musée d’Orsay dans lequel je n’avais pas mis les pieds depuis de très nombreuses années. Je n’y ai d’ailleurs rien reconnu !

De surcroît, la moitié des salles de la galerie supérieure est en travaux ; les tableaux de Van Gogh, Gauguin, Manet, Monet,… sont donc exposés au rez-de-chaussée.

J’avais téléchargé avant-hier l’application Le musée d’Orsay (3,99 €) pour le iPhone. De prime abord, elle me semblait assez complète puisqu’elle présente 100 tableaux (mais aucune sculpture), classés soit par peintre, soit par oeuvre, soit par parcours. Mais aucun index ne permet de choisir un peintre ou une oeuvre rapidement. En outre, le numéro des commentaires n’est pas indiqué sur l’application. Dommage que comme d’autres applis similaires, on ne dispose pas du clavier pour saisir le numéro de l’oeuvre. Contrairement aux applications de même type que j’ai utilisées, la batterie du iPhone se décharge assez rapidement. Malgré ces inconvénients, les commentaires, certes assez courts, permettent d’apprécier encore mieux les oeuvres.

Dès mon arrivée au musée, je me suis trouvée rapidement devant les tableaux de Van Gogh et Gauguin. Bien que chacun ait vu la plupart de ces oeuvres dans des « livres d’images », être devant ces toiles est saisissant. De la même façon, la comparaison des deux « Déjeuner sur l’herbe » de Monet et Manet est elle aussi impressionnante ! Les reflets, le travail sur la lumière par l’un et l’autre artiste sont bien davantage mis en valeur que dans les livres !

Au niveau supérieur du musée on peut admirer des objets arts nouveaux, boiseries, sculptures, tapisseries, fauteuils dans de beaux matériaux,… qui ont appartenu à de riches banquiers par exemple… Des objets en bois variés ou en matériau noble sont exposés, acajou, cristal, marquetterie… une bibliothèque alliant chêne et fer forgé, des objets immenses qui rentreraient difficilement dans nos appartements parisiens (!) comme par exemple un monumental Miroir de l’eau de Johan Axel Gustav Acke.

Les photos sont interdites au musée d’Orsay. Dommage qu’on ne puisse pas prendre de cliché de cette ancienne gare, typique du début de la fin du 19ème siècle.

Depuis la galerie supérieure, un beau point de vue s’offre au visiteur sur la Seine, permettant d’admirer le Louvre, la place de la Concorde avec la grande roue et l’obélisque.

Au sortir de la très belle salle des fêtes avec des peintures au plafond, des dorures et des guirlandes de lumières… de nouveau des pièces avec des bois précieux, un cabinet en palissandre marqueté d’ivoire, un lampadaire représentant des grues et des plantes aquatiques en bronze et métaux patinés, un écran circulaire en palissandre avec du cristal gravé, ciselé et doré, un cabinet en tilleul sculpté avec marquetterie d’ébène, de noyer, de hêtre, de poirier, de palissandre, d’acajou, de charme, de sycomore, de buis et d’os gravé, des porcelaines de Sèvre imposantes avec des décors majestueux.

Malgré la fermeture de quelques salles, je n’ai pas encore vu tous les tableaux ni les objets exposés au musée d’Orsay !


Ecrit par Lise - Site