Pourquoi la mesure de la fréquence cardiaque avec une montre n’est pas aussi précise qu’avec un cardiofréquencemètre

Avant l’arrivée des montres connectées, nous utilisions des cardio-fréquencemètres composés d’une ceinture thoracique, communiquant avec un bracelet. La mesure effectuée au plus près du cœur est, avec cet appareil, plutôt précise. De surcroît, il est possible de paramétrer une alerte sur la fréquence cardiaque mini/maxi, ce qui peut être utile, notamment lors de la reprise d’une activité sportive pour maîtriser son effort. L’article Cardiofréquencemètre – Bien utiliser son cardiofréquencemètre apporte quelques éléments intéressants.

Le fonctionnement d’une montre connectée est tout autre. L’article d’Apple le décrit bien : « Le cardiofréquencemètre optique intégré à l’Apple Watch utilise (…) une technologie » qui « obéit à un principe très simple : le sang est rouge, car il réfléchit la lumière rouge et absorbe la lumière verte. L’Apple Watch utilise des voyants LED verts associés à des photodiodes, sensibles à la lumière, pour détecter la quantité de sang qui circule dans votre poignet à un moment donné. Lorsque votre cœur bat, le débit sanguin dans votre poignet, ainsi que le taux d’absorption de la lumière verte, augmentent. Entre les battements, ces valeurs diminuent. En activant ses voyants LED plusieurs centaines de fois par seconde, l’Apple Watch peut calculer le nombre de battements de cœur par minute (votre fréquence cardiaque). »

La montre connectée fournit donc des indications mais n’est évidemment pas aussi précise qu’un capteur posé à même le thorax.

Bien sûr, les montres connectées ont d’autres avantages. Outre qu’elles disposent de nombreuses apps, en faisant de véritables petits ordinateurs de poche, elles embarquent pour la plupart un GPS, permettant, outre les diverses mesures, d’enregistrer son parcours.


Ecrit par Lise - Site